Une collaboration interculturelle

On s’est rencontré au Rendezvous de la Durabilité parce qu’on veut changer quelque  chose dans le monde. Bien sûr le « grand sujet la durabilité » nous pousse. En outre, chacun a présenté son sujet individuel à la table ronde. Il y avait des idées sur  l’architecture de terre traditionnelle, l’agro-écologie, le tourisme durable, la production  électrique renouvelable et d’outres idées.

903058_358597180928176_924599585_oMais il y a aussi l’intérêt à l’échange culturel qui nous pousse. Des valeurs comme le respect, l’estime et la tolérance. Le respect pour son propre culture, l’estime pour ce qui est créé dans sa propre culture. Et la tolérance et respect pour l’autre culture, la culture « inconnue ». Nous regardons à l’autre, nous valorisons l’autre, nous apprenons de l’autre, nous travaillons ensemble, nous fait la musique ensemble, nous  mangeons et discutons ensemble. Comme au Rendezvous de la Musique. Et seulement avec le commun nous reflétons notre propre culture, nous valorisons nos racines. Et encore nous sommes capables de valoriser l’autre culture. C’est comme un circuit. 

Même si la langue maternelle se diffère de l’autre langue, et même s’il y a besoin d’un interprète, les valeurs principales pour se rencontrer sont les mêmes.

_DSF8329Dans une collaboration en future il y aura besoin d’un interprète pour établir des projets foisonnants entre le Maroc et l’Allemagne. La traduction va être un enjeu car les contenus vont être transmis dans une façon différente. Il y aura les difficultés de se comprendre mais aussi il y aura une plateforme pour des projets foisonnants. Avec l’objectif en commun on va surmonter les enjeux. L’objectif de maintenir le respect pour l’homme et la nature; parce que c’est essentiel pour une cohabitation en harmonie sur notre planète. C’est pour ca que je me réjouie de faire la modération et pour transmettre entre les acteurs, et je me réjouie aux dialogues suivants.

En outre je me réjouie de travailler aux projets concrets. Parce que ça devenait aussi claire à notre rencontre : Il faut devenir concret. Nous devons aller en action pour travailler durable. Est-ce qu’on veut démarrer un projet ensemble ? Si on veut suivre une idée il faut qu’on la met dans un concept. Qui pourrait être notre acteur ? Combien des  moyens, de soutenance on a besoin ? Quels enjeux vont nous attendre ? Si l’idée est manifestée dans un concept écrit, on peut aller en action. Des petits projets qui peuvent se réunir sous l’expression « Chantiers d’Atlas ». Comme projet de la durabilité.

Avec un projet en commun nous devons active, nous prenons responsabilités pour nous et notre patrimoine. Donc, allons-y !

(Auteur: Nadja Michels)

_DSF8350 gi kl